Contenu et pédagogie

1. Les objectifs de la formation sont:

– être capable de formuler, de créer et de construire un projet socioprofessionnel

– être capable de maîtriser des compétences techniques dans une démarche « découverte de métiers ». Ces compétences sont énumérées au point  2.Contenu.

– être capable d’identifier l’état actuel de ses connaissances et compétences dans la réalisation du projet socioprofessionnel

– être capable d’évaluer les compétences nécessaires à acquérir afin de mener son projet socioprofessionnel à terme

– être capable d’intégrer les compétences techniques proposées durant la formation dans son projet socioprofessionnel

– être capable de réorienter son projet socioprofessionnel en fonction des « découvertes métiers »

– être capable de calculer l’empreinte écologique de son projet socioprofessionnel

2. Contenu de la formation et objectifs déterminés pour chaque contenu

2.1  Les 378 heures d’ateliers théoriques et pratiques

2.1.1. Découverte de métiers et de savoir-faire dans le domaine agroalimentaire 178h

Montée en graines de la coriandre avant de les récolter pour reproduire ses semences

2.1.1.1. Autour du jardin potager et du maraîchage 101h

– être capable de tenir un calendrier des semis et des récoltes et de s’y appliquer

– être capable de comprendre les raisons des associations de légumes et de les effectuer

– être capable de comprendre le système de rotation des cultures et de l’appliquer pour une culture donnée

– être capable de construire des couches et de les utiliser à bon escient

– être capable de suivre les évolutions des cultures mois par mois

– être capable d’utiliser et de fabriquer des engrais naturels (comme du purin d’ortie), du compost et des T.L.B.

– être capable de récolter et de conserver ses graines

2.1.1.2. Autour des fruitiers et des techniques de pépiniéristerie 36h

– être capable de pratiquer la greffe en fente, en couronne, en écusson et en chip budding

– être capable de bouturer les fruitiers qui se bouturent facilement mais aussi les agrumes, et de pratiquer une méthode de bouturage semi-aoûté de prunus par strangulation

– être capable de fabriquer de l’hormone de bouturage

– être capable de pratiquer le marcottage au sol et aérien

– être capable de pratiquer le semis de fruitier

– être capable de reconnaître et d’utiliser les bons porte-greffes

– être capable de planter des arbres et des arbustes

– être capable de choisir, récolter et conserver des greffons

2.1.1.3. Autres savoirs-faire et métiers touchant à l’autonomie alimentaire 13h

– être capable de faire et cuire son pain

– être capable de faire du fromage

2.1.1.4. Découverte de métiers et de savoir-faire dans le domaine de la diversification agricole 28h

– être capable de (re)connaître des plantes sauvages, de les cueillir, les sécher, les conserver, et de connaître leurs principaux usages thérapeutiques

– être capable d’expliquer et de pratiquer des préparations (infusion, décoction, macération, pommade, hydrolat, huile essentielle) et de distinguer les thérapeutiques utilisant les plantes (phytothérapie, aromathérapie, gemmothérapie, homéopathie …)

– être capable de présenter des produits naturels que l’on peut utiliser en cas d’urgence (piqûre, brûlure, …)

– être capable d’utiliser des plantes sauvages en cuisine

2.1.2. Découverte de métiers et de savoir-faire dans le domaine de l’éco-construction 159h

– être capable de connaître les ingrédients à utiliser pour une peinture naturelle et d’appliquer une recette avec succès

– être capable de restituer les qualités et les défauts de 5 types de fondations qui n’utilisent pas le ciment (pneus, pilotis, lit de sable, cyclopéenne, pierre sèche)

– être capable de cueillir et de poser du chaume sur un toit

– être capable de séparer l’argile du reste de la terre

– connaître les avantages et les inconvénients de la terre en construction

– être capable de polymériser de l’argile pour améliorer la résistance mécanique de l’enduit frais avec cette argile

– être capable de réussir esthétiquement un enduit en terre

– être capable d’améliorer la résistance à l’eau d’un enduit en terre

– être capable de tester une terre aux normes des règles professionnelles afin de l’appliquer en construction (mélanges précis en fonction de la composition d’une terre locale)

– être capable de préparer un support d’enduit en fonction des pathologies qui pourraient intervenir sur certains matériaux

– avoir quelques rudiments de pratique de pose d’enduits

– connaître les avantages et les inconvénients de la paille en construction

– connaître les principales règles professionnelles qu’il faut respecter quand on construit en paille

– avoir quelques rudiments de pratique de construction d’une ossature en bois qui va accueillir des ballots de paille dans une construction

– avoir quelques rudiments de pratique de pose de ballots de paille en construction

– être capable de découper un ballot de paille et de faire le nœud adéquat

2.1.3. Découverte de métiers et de savoir-faire dans le domaine de l’artisanat 41h

– être capable de confectionner un panier en vannerie

– être capable de fabriquer un petit meuble en bois de récupération

2.2. Le bloc pédagogique 36h

Il s’agit d’entretiens individuels et collectifs permettant à l’équipe de formateurs d’évaluer l’évolution des stagiaires en terme de compétences (acquises, non acquises, en voie d’acquisition) pour chaque savoir-faire. Dans ce bloc, sont compris également, un atelier collectif de réflexion sur le thème « Pédagogie et Autonomie », un atelier au cours duquel on présente la théorie de plusieurs petits ateliers dispensés par d’anciens stagiaires, et des *ateliers animés par les stagiaires.

* Il s’agit pour chaque stagiaire d’animer un atelier de 2h30 minimum (davantage si il en a l’envie) pendant son année de formation. Pour le stagiaire animateur, il s’agit d’une expérience enrichissante, tant du point de vue pédagogique que du fait qu’il se plonge ainsi sans formateur dans un thème en rapport avec l’autonomie. Il s’aperçoit alors qu’on peut facilement se lancer seul dans certains domaines, faire soi-même en suivant une fiche technique, … ce qui peut lui donner confiance en lui pour continuer d’expérimenter d’autres savoir-faire, en toute autonomie. Il peut aussi s’agir d’un savoir-faire que l’on maîtrise déjà et que l’on veut transmettre aux autres stagiaires. Et pour les stagiaires qui participent à cet atelier, c’est sympa de soutenir celui qui anime et qui n’est pas forcément à l’aise et/ou qui a envie de partager ! Ces ateliers peuvent être proposés à des membres de l’Université Buissonnière une Association locale intergénérationnelle à laquelle l’Association LESA adhère.

Des compétences supplémentaires, d’ordre pédagogique, sont ainsi évaluées:

– être capable de comprendre, afin de les mettre en pratique en autonomie par la suite, les fiches techniques décrivant la construction et/ou le fonctionnement de: l’ossature de yourte, tipi, cuiseurs solaires, mur capteur en verre, poêles de masse à partir de matériaux de récupération et de terre crue, machine à laver à pédales, lessive à la cendre, poterie avec la terre locale, four primitif, papier recyclé et végétal, vitrail, bougies à la cire d’abeille, … (ateliers animés au sein de l’Association LESA dans les années antérieures, notamment ceux qui ont été proposés par des stagiaires)

– être capable d’animer un atelier de ce type

2.3.  Les entretiens individuels autour du projet 5h

– être capable de formuler, de créer et de construire un projet socioprofessionnel

– être capable d’identifier l’état actuel de ses connaissances et compétences dans la réalisation de son projet socioprofessionnel

– être capable d’évaluer les compétences nécessaires à acquérir afin de mener son projet socioprofessionnel

– être capable de réorienter son projet socioprofessionnel en fonction des « découvertes de métiers et savoir-faire »

3. Moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement

Pour les ateliers pratiques « découvertes de métiers »

Animé par un formateur qui en a les compétences, chaque atelier pratique se déroule en deux temps: un temps de présentation théorique avec fiche technique (un manuel comprenant 60 fiches techniques rédigées par les formateurs intervenant dans l’action de formation Sens et Autonomie est remis à chaque stagiaire), et un temps de démonstration à l’issue de laquelle, une mise en pratique avec le matériel adapté permet à chaque stagiaire d’intégrer ce qui a été transmis par le formateur.

Concernant les ateliers autour du jardin potager, l’Association LESA propose à chaque stagiaire pendant la durée de l’action de formation Sens et Autonomie, une parcelle de terre sur laquelle il peut mettre en pratique ce qui lui a été enseigné, en plantant notamment les graines que l’Association met à sa disposition.

Pour le suivi mensuel avec chaque stagiaire

Divers outils sont utilisés au cas par cas, qui aident le stagiaire à y voir plus clair, et à concrétiser progressivement son projet, afin qu’à l’issue de l’action de formation Sens et Autonomie, il puisse avoir des pistes objectives sur lesquelles se lancer (nouvelle formation, création d’une auto-entreprise, reprise de son ancien travail à temps partiel afin de créer autre chose à côté, …). Parmi les outils proposés, en voici trois avec lesquels nous travaillons régulièrement:

* l’arbre: un outil qui permet de partir de ses compétences, ses attentes, ses aspirations profondes (les branches de l’arbre) pour ensuite « enraciner » son projet en posant les questions du « comment », qui amènent aux pistes de concrétisation de ce projet (les racines de l’arbre)

* l’exercice de futurisation: invite à écrire une lettre comme si on était 5 ans plus tard. Cet exercice, sollicitant l’imagination mais surtout l’authenticité, a pour but de laisser entrevoir ce qu’on a profondément envie de garder dans sa vie, ce qui est essentiel pour nous: le domaine dans lequel on a envie de travailler, avec qui, où, …

* les 10 étapes du projet: travail sur les dix points points-clés pour gérer et animer son projet socioprofessionnel. À partir de ce travail écrit, les entretiens individuels permettent de pointer les éventuelles contradictions rencontrées dans le travail écrit, et de travailler sur la pertinence, la faisabilité du projet, … Cette « confrontation » n’a pas pour but de déstabiliser, mais bien de pousser à élaborer un projet viable et réaliste.

Nous dressons ensuite avec le stagiaire, un bilan des compétences acquises lors des ateliers pratiques, afin d’envisager la possibilité d’intégrer un des domaines expérimentés dans son projet professionnel et social. Ainsi, le large éventail d’activités proposées permet-il au stagiaire de se découvrir une passion dans un domaine qu’il méconnaissait avant la formation, et de vouloir en faire un métier. Dans ce cas-là, intégrera-t-il par exemple, sa décision de poursuivre une formation dans le domaine en question dans l’élaboration de son projet socioprofessionnel. Nous pouvons alors lui proposer de rencontrer et travailler avec des professionnels locaux dans le domaine qui l’intéresse (notre Association travaille en partenariat avec des artisans, agriculteurs locaux avec qui nos stagiaires ont la possibilité de travailler dans leurs heures libres, sur base d’une convention qu’ils fixent entre eux).

4. Modalités de contrôle des connaissances (savoirs) ou des compétences (savoir-faire), et appréciation des résultats

Les acquisitions de connaissances ayant comme seul but de mettre en œuvre des compétences techniques, tant au niveau des ateliers découvertes de métiers, que de la construction du projet, nous n’avons pas jugé qu’il était intéressant de les évaluer autrement que dans la mise en pratique.

Modalités de contrôle des compétences:

Pour les ateliers pratiques, une vérification a lieu auprès de chaque stagiaire au moment de la mise en pratique. Si une technique n’est pas maîtrisée, le formateur peut alors demander au stagiaire de recommencer une manœuvre et, selon le temps qu’il reste, lui demander de la refaire seul en lui prouvant ultérieurement que la compétence a été acquise (selon un horaire qu’ils fixent entre eux).

Concernant plus spécifiquement les ateliers « découverte métiers » dans le domaine agro-alimentaire

Autour du jardin potager et du maraîchage

Chaque stagiaire doit établir le plan de son jardin (qui tienne compte de ce qui avait été planté sur sa parcelle l’année précédente, à partir de la fiche technique « rotation des cultures », et en adéquation avec la fiche « association de légumes ») avant de commencer à le cultiver. Le formateur vérifie alors d’abord le plan, et ensuite, que ce qui a été planté corresponde bien au plan de départ. Le formateur vérifie les autres compétences (être capable de tenir un calendrier des semis et des récoltes et de s’y appliquer, être capable de construire des couches, de monter une serre et de les utiliser à bon escient, être capable de suivre les évolution des cultures mois par mois et être capable d’utiliser et de fabriquer des engrais naturels comme du purin d’ortie, du compost et des T.L.B) par un échange mensuel sur les résultats obtenus sur les cultures. Quant aux graines que l’Association LESA met à la disposition de chaque stagiaire, il doit en rendre l’équivalence à la fin de l’action de formation (en apprenant à reproduire ses graines, il pourra non seulement rendre l’équivalent des graines qui lui avaient été attribuées, mais en garder pour son futur jardin).

Autour des fruitiers et des techniques de pépiniéristerie

Afin d’évaluer les compétences décrites pour cet atelier découverte métier, chaque stagiaire doit repartir avec des arbres greffés selon les 4 méthodes, des arbres bouturés dont au moins un agrume et un prunus, quelques marcottes sevrées du pied-mère, des semis pour pratiquer des greffes ultérieurement. Pour arriver à cet objectif, ils devront mettre en œuvre toutes les compétences de cette découverte métiers.

Autres savoirs-faire et métiers touchant à l’autonomie alimentaire

Afin d’évaluer les compétences décrites dans ces ateliers, les stagiaires devront réaliser un pain, un fromage, un produit lactofermenté, et deux sortes de plantes sauvages cuisinées.

Découverte de métiers dans le domaine de la diversification agricole

Afin d’évaluer les compétences décrites dans ces ateliers, les stagiaires devront récolter, sécher et conserver au moins une des plantes sauvages découvertes en expliquant la raison du choix de la (des) plante(s), et réaliser deux macérations, une pommade, de l’hydrolat et de l’huile essentielle.

Ils devront repartir avec une macération, une pommade, de l’hydrolat, et de l’huile essentielle.

Concernant plus spécifiquement les ateliers de découvertes de métiers dans le domaine de l’éco-construction

Afin d’évaluer les compétences décrites pour cet atelier découverte métier, chaque stagiaire doit repartir avec un petit lavabo en tadelakt, et décorer par une peinture naturelle, un objet de son choix.

Pour les autres ateliers construction: fondations, chaume, terre et paille, une vérification a lieu auprès de chaque stagiaire au moment de la mise en pratique. Si une technique n’est pas maîtrisée, le formateur peut alors demander au stagiaire de recommencer une manœuvre et, selon le temps qu’il reste, lui demander de la refaire seul en lui prouvant ultérieurement que la compétence a été acquise (selon un horaire qu’ils fixent entre eux).

Concernant plus spécifiquement les ateliers de découverte de métiers dans le domaine de l’art et de la décoration

Afin d’évaluer les compétences décrites pour cet atelier découverte métier, chaque stagiaire doit repartir avec un panier en vannerie et un petit meuble en bois.

Concernant les entretiens individuels permettant l’élaboration d’un projet socioprofessionnel

Afin d’évaluer l’évolution de chaque stagiaire dans l’élaboration de son projet, il devra avoir travaillé sur au moins six des dix ponts-clés pour gérer et animer son projet socioprofessionnel

À la fin de l’action de formation, une attestation de fin de formation sur la partie « découverte de  métiers et de savoir-faire » est délivrée aux conditions suivantes:

avoir participé à + de 80 % des ateliers

avoir réalisé 90% des productions demandées

Nous vérifions les apprentissages en situation et grâce à la réalisation. Nous demandons un engagement de résultat. Nous communiquons nos appréciations en situation.

À la fin de l’action de formation, une attestation de fin de formation sur la partie « travail sur le projet  socioprofessionnel » est délivrée aux conditions suivantes:

– avoir remis, par écrit, un travail sur six points-clés pour gérer et animer son projet socioprofessionnel

– avoir dégagé un projet cohérent