LA PHILOSOPHIE DU PROJET

Quelques valeurs qui nous tiennent à cœur

1 L’autonomie
« Deviens qui tu es » F . Nietzsche

1.1 L’autonomie comme réappropriation des besoins fondamentaux

Pour beaucoup, la réussite d’une vie va de pair avec la capacité à intégrer la logique des multinationales (travailler pour consommer, accepter n’importe quel travail pour rembourser l’emprunt d’une maison, …). Pourtant, si le progrès amené par ces industries a parfois facilité nos existences quotidiennes, il nous a aussi dépossédés d’une partie de nos vies: dans notre manière de nous nourrir, de préparer un nid pour nos enfants, de nous soigner, … Nous ne connaissons plus les plantes qui peuvent accompagner nos petits maux, seul le corps médical et ses firmes pharmaceutiques savent ce qui est bien pour nous. Nous ne savons plus reproduire les graines de nos légumes, greffer les arbres sauvages qui peuvent nourrir nos familles, … Comme si la nature, et par extension nous-mêmes, appartenions aux multinationales. Or, une crise énergétique importante (pétrole et gaz) pourrait très bien toucher nos pays, limitant fortement nos déplacements … Quelles seraient alors nos capacités à nous en sortir en n’utilisant que les ressources locales?

Ces réflexions nous ont conduits à créer un projet qui nous ramène aux besoins fondamentaux: se loger, se nourrir et se soigner. Notre objectif n’est pas de vivre en autarcie mais de nous réapproprier nos existences. Voilà surtout comment nous définissons l’autonomie.

1.2 L’autonomie intellectuelle comme « éveil à l’être »

Ce ne sont pas les «prêt-à-penser» intellectuels et les autoroutes du conditionnement psychologique pour les choix essentiels à nos vies qui manquent dans notre société. Les diverses communications médiatiques séduisent souvent plus qu’elles n’informent. Aujourd’hui, les discours présents dans la publicité, la télévision, les propagandes politiques, les langages idéologiques, … n’engendrent pourtant que déception, désillusion, passivité et extinction du désir. C’est pourquoi, autonomie intellectuelle et appel à faire de notre vie une œuvre d’art nous paraissent cruciaux. Ce long travail de développement de l’esprit critique, d’écoute de soi, et enfin de créativité est essentiel. Si chacun est capable de réfléchir par lui-même et de s’éveiller à « être », la construction d’un projet de vie prend cependant du temps et nous renvoie à la complexité de notre existence.

Nos supports de réflexion ne sont ni militants, ni institutionnels, ni confessionnels. L’objectif est d’amener chaque participant à réfléchir à un projet de vie qui soit vraiment le reflet de lui-même, et de l’aider ensuite à l’élaborer, à le concrétiser progressivement.

2 Un peu de sens dans tout ce qu’on fait
« Être présent dans ce qu’on donne, et d’abord dans ce qu’on fait, produit » M. Balmary .

2.1 Du sens imposé au non-sens

À une époque, le sens était donné par les grandes institutions: l’Église, le parti, la patrie, la famille, … De la naissance à la mort, les questions de la vie trouvaient des réponses prêtes à porter et le sens n’émanait que très rarement d’une recherche personnelle de l’individu. Aujourd’hui, ces institutions ne sont plus porteuses de sens pour pas mal de citoyens, et l’idéologie dominante prône le bonheur dans la jouissance immédiate de la consommation d’objets. Notre civilisation de la jouissance immédiate se trouve mal à l’aise face au principe de réalité, et lui préfère la fuite virtuelle et la réalité fantasmatique (jeu, drogue, télévision, …). Rares sont les individus sujets de leur travail, le sens ne se trouvant que dans la rémunération, qui ouvre les portes des temples consuméristes. Ce sens dans l’immédiateté ne permet ni la construction d’un individu en projet, ni sa projection dans l’avenir. Ce phénomène explique en partie le manque de motivation, ou même la violence qu’ exprime la jeunesse. Ne perdons pas de vue que dans cette civilisation industrialisée, le suicide est devenu l’une des premières causes de mortalité des adolescents et des jeunes adultes…

2.2 En chemin pour un peu de sens

Face à cela, nous n’avons pas de solutions miracles, et nous n’avons certainement pas envie de nous aplatir devant les grands transcendantaux du sens (autonomie oblige). Nous voulons «éveiller à un peu de sens dans tout ce qu’on fait et vit» plutôt que « d’enseigner un quelconque sens pré-établi ». À cet effet, nous pensons que le sens touche à la découverte d’une présence à soi qui transcende notre manière d’être, notre soif de découverte et de savoir, et notre envie de produire quelque chose qui nous révèle si bien. Éveiller à être présent dans ce qu’on fait, produit et donne, est donc vraiment ce que nous cherchons à faire. Pour cela, chacun doit trouver en lui la motivation profonde et l’enthousiasme pour devenir éveilleur et créateur de sens et d’autonomie!

3 Liens

Pour nous, un projet ne pouvait naître sans une dimension relationnelle. On a été dépossédé de nos vraies relations par la relation marchande, de pouvoir, … Dans ce domaine, nous sommes tous handicapés, ce qui explique les conflits que vivent de nombreux collectifs, associations, communautés, … pourtant créés autour d’une volonté d’agir pour un monde meilleur!

Ainsi sommes-nous attentifs aux relations humaines et à notre façon de communiquer entre nous. Nous nous intéressons à la gestion des conflits, la communication non-violente, … qui nous paraissent indispensables dans tout projet associatif.

Par ailleurs, pour nous, la relation prime avant toute idéologie. Et mépriser l’Autre sous prétexte qu’il ne mange ni ne boit ce qu’il faut, qu’il n’a pas les bonnes lectures, qu’il utilise encore les outils de la société marchande pour se déplacer, s’habiller, s’amuser, … c’est risquer de passer à côté de rencontres passionnantes et de finir avec ses trois potes qui pensent la même chose (si on a encore trois potes!).

Avec ce projet, il s’agissait enfin de créer un lieu où des liens pouvaient se tisser et duquel pouvaient essaimer d’autres lieux, d’autres projets, … Car pour nous, si nous voulons que les choses changent, c’est en les prenant en main, en créant et en nous organisant nous-mêmes.

4 Créativité
«Chacun est unique et a la tâche redoutable de construire son humanité là où il est selon l’originalité sans précédent de ses capacités et de son désir … comme l’artiste crée son œuvre de manière unique.» P.Valadier
« Fais de ta vie une œuvre d’art. » F. Nietzsche

La créativité est une valeur clé de notre Association car il n’y a pas d’autonomie sans créativité. L’être qui se lève est unique et s’exprime de manière unique dans toutes les dimensions de son existence. L’essentiel de toute notre aventure tient en un seul souhait: que nous fassions de nos vies une œuvre d’art. Ainsi, un des derniers domaines qui se développent dans l’Association est l’accompagnement au projet de vie permettant de faire naître un projet qui corresponde à son être profond, et de l’ancrer afin qu’il ait une chance de se réaliser. Un projet de vie qui soit vraiment le reflet de soi-même est identifié peu à peu et est ensuite élaboré afin d’utiliser ses ressources d’une manière plus créative ou plus audacieuse, de développer des attitudes nouvelles pour répondre à leurs défis, d’élargir le champ des possibles et de quitter ses peurs.

5 Intériorité et ouverture au manque
« Rarement une époque ne fut si violemment agitée de désirs, mais rarement aussi le désir ne fut si vide » Tiqqun

Toute « éducation » à l’autonomie est source d’angoisse et de manque. Elle oblige à quitter le consumérisme ambiant afin d’éveiller son pouvoir créateur caché au plus profond de nous. C’est pourquoi, il n’ y a pas d’ « éducation » à l’autonomie sans écoute de cette voix au creux de notre être qui nous murmure: «deviens qui tu es». L’élaboration du projet de vie est un des instruments permettant à chacun d’être à l’écoute de l’intime en lui-même.

6 Ouverture au Monde et à l’Autre
«Nous vivons endormis dans un monde en sommeil. Mais qu’un tu murmure à notre oreille, et c’est la saccade qui lance les personnes: le moi s’éveille par la grâce du toi … La rencontre nous crée: nous n’étions rien – ou rien que des choses – avant d’être réunis.» G. Bachelard.

En effet, une des valeurs qui nous anime le plus est celle de l’ouverture au Monde et à l’Autre. Nous voulons faire de ce projet un lieu de rencontres et de dialogues par rapport au monde.

Par ailleurs, ce projet se veut autant ouvert aux gens qui ont une formation intellectuelle qu’à ceux qui ont été formés manuellement. Il se veut global afin de développer ces deux aspects en nous.

7 Esprit critique et éveil des consciences
«La publicité recourt sans cesse aux sophismes de l’image, falsifie le sens des mots, déstructure l’ordre logique… Mais c’est précisément là la visée de l’idéologie publicitaire: entretenir l’irrationalité des foules consommatrices, pour les empêcher de prendre conscience. F. Brune
«Nous avons compris une grande vérité à savoir que ce n’est pas le fusil, ce ne sont pas les chars, ce n’est pas la bombe atomique qui engendrent le pouvoir, et le pouvoir ne repose pas sur eux. Le pouvoir naît de la docilité de l’Homme du fait qu’il accepte d’obéir.» V. Boukovsky

Nous pensons qu’un des besoins les plus fondamentaux d’aujourd’hui, est de donner des outils afin d’acquérir une pensée complexe. Ces outils doivent permettre de discerner les conditionnements et les discours absolus.

8 Culture
«Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme… Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux… il ne cherche au contraire qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir… il ne détruit point, il empêche de naître. A. de Tocqueville.

L’accession à la culture est pour nous, un droit fondamental de l’humanité. Ce qui ne signifie pas accepter la dysneylandisation du monde et la monoculture mondiale. Ce projet nous demande un discernement à travers ce que chaque époque et chaque culture nous apportent, sur ce qui permet à l’homme de devenir davantage sujet et auteur de sa vie.

9 Nature et lien au Vivant

«La terre ne nous appartient pas, ce sont nos enfants qui nous la prêtent» Proverbe indien

Les ateliers développent la construction végétale et écologique: ils préfèrent la chaux, la terre,

et tout autre produit local aux ciments industriels qui sont devenus des décharges d’enfouissement de déchets toxiques. Le jardinage est biologique et de proximité, à l’heure où les produits de l’industrie agroalimentaire sont traités, hybridés et bientôt génétiquement modifiés. La question de l’autonomie et des échanges locaux nous paraît d’ailleurs cruciale, à une époque où les légumes et les fruits font en moyenne 2000 km. L’autonomie est pour nous une urgence car il est irresponsable de ne pas préparer les générations futures à un autre mode de vie.

10 Partir du vécu de chacun

Chaque personne a son histoire, ses rêves, ses projets à partir desquels l’aventure se construit…

 

Publicités